Jean 3, 31-36

« Jésus comme une échelle entre le ciel et la terre »
© Thomas Gleb, Le Signe, 1979
 Dans son long dialogue, entre Jésus et Nicodème, Jean nous parle de Souffle, de Vérité et de Lumière, mots à mots et pas à pas, il nous introduit dans une réalité invisible et accessible à tout homme. Il réaffirme que les deux réalités Ciel et Terre ne sont pas séparées, mais qu’en la personne humaine et divine de Jésus, chair et esprit sont réconciliés et ne font qu’un, appellant sans relâche l’homme à une renaissance en ses deux entités propres : glaise et souffle, chair et esprit, corps et âme, mort et vie éternelle.
Déjà en son temps, Jacob avait rêvé d’une échelle reliant la terre et le ciel (Gn 28,10-22), et Jean le promet à Nathanaël : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme » (Jn 1,51).
Il nous faut recevoir et accueillir le témoignage de Jésus, le Fils Bien Aimé du Père, Crucifié et Ressuscité. Sa vie divine donnée pour la multitude n’attend que notre consentement intime.
« Celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure. Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle. » (Jn 3, 34-36)

Un commentaire

  1. CELUI QUI VIENT DU CIEL EST AU-DESSUS DE TOUS, IL TEMOIGNE DE CE QU’IL A VU ET ENTENDU… DIEU LUI DONNE L’ESPRIT SANS MESURE (Jn 3, 31-36). La Parole de DIEU met souvent en confrontation deux réalités : le bien et le mal, la lumière et les ténèbres, les choses célestes et celles terrestres. Coincé dans cette lutte, l’Homme est toujours appelé à se situer, à apporter une réponse positive, pour donner une meilleure orientation à sa vie. Et la foi consiste aussi à entrer dans ce combat quotidien, où DIEU en qui nous mettons notre espérance, nous donne l’Esprit sans mesure, afin de pouvoir tendre et demeurer fixé vers les réalités d’en haut, où Lui-même y est présent. Ainsi, donner et recevoir expriment ici la plus grande relation d’amour qui existe entre DIEU et sa créature. Et de cette relation, naît une action conjointe qui, lorsqu’elle est vécue dans la foi, l’espérance et la confiance, porte beaucoup de bons fruits. De tout temps, l’Esprit a guidé et inspiré des hommes et des femmes, spécialement ceux qui ont voulu coopérer à l’œuvre divine. Croire c’est donc aussi exprimer le désir de coopérer à l’œuvre de DIEU dans le monde, à travers un meilleur engagement dans nos activités quotidiennes, faites avec sérénité, responsabilité et fidélité. Coopérer à l’œuvre divine c’est agir en faveur du bien, et nul ne peut agir ainsi s’il n’est mû au préalable par l’Esprit divin, c’est-à-dire s’il ne se laisse inspirer par ce qui est communiqué par DIEU. Le PÈRE aime le FILS et a tout remis dans sa main, de la même manière qu’IL aime chacun de nous d’un amour particulier et qu’IL a confié à chacun un don, un talent, une richesse, une partie de son Esprit. Mû par cette Esprit, nous sommes chaque jour des créatures nouvelles, afin qu’à travers nos actions, se lève aussi une aube nouvelle sur le monde. Bonne journée de méditation et de travail
    Abbé ACHILLE KANDI, Archidiocèse de Bertoua

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.