Jean12, 44-50

La déchirure de la Parole

« Que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres »

jean-12_44-50Entre résistance à croire et consentement à accueillir la lumière qui survient en nous, il y a la déchirure de la Parole.
C’est l’heure du choix, ouverte par l’interpellation de Jésus. Non pas accusation, ni condamnation, mais discernement à la croisée de deux chemins qui se révèlent en nous : l’un conduit à la confusion du mensonge (Aimer la gloire humaine plus que la gloire de Dieu), l’autre à l’ouverture inconditionnelle à la voix originaire qui nous appelle comme fils et filles de la lumière.
L’incrédulité n’est pas refus de croire définitif, mais plutôt incapacité à opérer le passage de la « vue des signes » à la foi en Jésus. En ce sens, cette résistance s’avère positive : nos yeux sont aveuglés pour ne pas demeurer dans l’opacité des signes, pour que nos oreilles s’ouvrent à la parole.
C’est là que survient la déchirure : le clivage entre « voir » et « entendre ».
Que nous faut-il écouter ? Nous comprenons que le message ne présente aucun contenu de savoir à s’approprier !
Toute notre attention se porte alors sur le mouvement qui conduit le « cri » de Jésus : nos oreilles et nos yeux reconnaissent l’origine de la Parole et sa dynamique vitale.
Il y a à croire que la parole de Jésus, la Parole qu’est Jésus, trouve son origine dans un Autre qu’il nomme son Père.
Il y a à contempler cette Parole vivante, portée par un désir de donner à connaître ce Père qui ordonne le monde à la « vie éternelle ».
Si bien que ce message de parole sans contenu, sans savoir à s’approprier, éveille notre propre désir à nous lever comme porteurs de cette filiation unique, enfants du Père, disciples et témoins du Ressuscité.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.