Luc 11,14-23

« Il chassait un démon muet.

Or, une fois le démon sorti, le muet se mit à parler et les foules s’émerveillèrent.» (V.14)

 

« Donner voix aux sans voix » a toujours été suspect et risqué. Nous avons tous des noms et des visages en nos mémoires, nous les rencontrons quotidiennement sur nos écrans et dans la presse, à la croisée des chemins …Il faut s’expliquer, se justifier, décliner son identité, donner des références, justifier ses actes et l’origine de son pouvoir. Réhabiliter l’humain, est passible de mort. Jésus est de leur côté, il l’a payé de sa vie. L’Evangile s’écrit sur fond de procès, tout du long et jusqu’à nos jours.

« Jésus sera en agonie jusqu’à la fin du monde, il ne faut pas dormir pendant ce temps – là. » (B. Pascal) Aujourd’hui le Maître nous réveille. Il met  le doigt  sur nos propres contradictions intérieures, sur la division de notre cœur, cette division que nous projetons si souvent sur Lui, sur les autres, et dont parfois nous nous rendons même coupables lorsque nos replis nous rendent sourds-muets à la Parole faite Chair.

 

«  Mais si c’est par le doigt de Dieu que je chasse les démons,

alors le Règne de Dieu vient de vous atteindre. »

 

Expression étrange et rare dans les Ecritures, ce doigt de Dieu est reconnu auteur des Tables de la Loi, charte de l’Alliance: « Le Seigneur m’a donné les deux tables de pierre, écrites du doigt de Dieu, où étaient reproduites toutes les paroles que le Seigneur avait prononcées pour vous sur la montagne, du milieu du feu, au jour de l’assemblée.» (Deutéronome (TOB) 9)

N’est-ce pas ce même doigt de Dieu qui, en Jésus face à la femme adultère, trace sur le sol des traits si mystérieux ? Ecrivait-il la loi nouvelle du Royaume d’où surgit la Parole de Miséricorde :

« Va et désormais ne pêche plus » ? (Jn 8)

 

Voilà « Le Plus Fort » que « l’homme fort », Celui dont Jean le Baptiste annonce « le baptême d’Esprit et de Feu ». (Lc 3,16)

En ce Carême et en communion avec tous les catéchumènes, laisserons-nous Jésus écrire encore et toujours sa loi d’Amour sur notre cœur, en notre chair, pour nous guérir de toute dispersion, de toute division intérieure et « amasser avec Lui » en vue du Royaume. Alors Il « jettera dehors tout esprit muet » qui nous paralyse, pour libérer au matin de Pâques, Sa Parole d’Amour et de Liberté dans « l’émerveillement» et la louange.

«  Seigneur ouvre mes lèvres et ma bouche proclamera Ta louange » (Ps 51,17)

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.