Luc 13, 22 – 30

« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite… »

Le nombre de fois dans nos vies où nous « passons » une porte !
Les portes, elles font partie de notre existence. Témoins de nos cheminements, nos engagements, nos relations, nos rencontres, nos départs et nos retours, nos ruptures et nos retrouvailles et tant d’autres choses, elles rythment nos vies en quelque sorte…
C’est chargée de tout ce symbolisme, qu’on peut aujourd’hui recevoir cette image familière de la bouche du Maître, comme quelque chose de profondément existentiel. Celui qui a le souci du « petit nombre de sauvés » (V.23) doit être surpris de la réponse. Comme souvent, Jésus déplace la question et la transforme en interpellation.

« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite »(V.24)

Il s’agit d’un engagement personnel, d’un « passage », tel une naissance ou une renaissance (Jn 3), non par « une » porte, mais par « la » porte que Jésus qualifie d’« étroite » et il faut s’y « efforcer ». On peut même chercher à entrer et ne pas le pouvoir ! Et les versets suivants ne sont pas plus rassurants !
Surprenant, non ? Le salut ne serait-il donc pas gratuit ? Est-il le fruit de nos efforts ? C’est ce qui semble être dit, mais c’est l’effort de perdre, non de gagner. « Si quelqu’un ne renonce pas à tous ses biens et jusqu’à sa propre vie, il ne peut être mon disciple » a aussi dit Jésus. Un renoncement qui n’a de sens que si nous reconnaissons activement le Christ comme « le Bien Véritable » et le « Maître » de la vrai Vie.

« Il passait par villes et villages en enseignant et faisant route vers Jérusalem ». (V.22)

C’est donc bien « la porte » par laquelle lui-même passe pour nous donner la Vie, Sa Vie, qu’Il dépose comme son vêtement au dernier soir, pour laver les pieds des siens? Cette « porte étroite » serait alors la petite « porte de service », à franchir à la suite de l’Unique Serviteur, « Lui qui de condition divine… s’est dépouillé… » (Phil 2)
Cette « petite porte » est du bois des Béatitudes, celle des pauvres de cœurs à qui appartient le Royaume.
Seuls y passent « les enfants » et ceux qui leur ressemblent.

Approchons-nous de ces « petits » de notre monde, qui sont les frères et sœurs de Jésus, afin d’apprendre d’eux les secrets de la « porte étroite », celle qu’Il a traversée, l’ouvrant vers son Père et nôtre.

« Je suis la porte: si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé… » (Jean (TOB) 10)

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.