Luc 17, 11-19

Jésus se rend à Jérusalem, passant bizarrement par la Samarie et la Galilée, alors que cela devrait être l’inverse … une manière de signifier peut-être qu’il vient aux frontières, pour ceux qui sont sur la frange, à la marge, voire au dehors des sentiers bien balisés par la loi.

Dix lépreux viennent à sa rencontre … toute une humanité souffrante, notre humanité dans sa chair blessée, notre humanité exclue de nos cités bien pensantes, de nos conceptions bien morales, bien pures !

© Photo Anne Roux

Ces exclus devraient crier « impurs » et s’éloigner de Jésus, mais ils l’appellent et demandent sa pitié : « Jésus, Maître, aie pitié de nous ». Ils ont confiance en la capacité de ce guérisseur de Nazareth.
Etonnement, Jésus ne fait aucun geste pour les guérir, il les envoie accomplir le rite de réintégration, avant même qu’ils ne soient guéris : « Allez vous montrer aux prêtres … » Et confiants, ils y vont.

Toute cette humanité malade et exclue se voit guérie par la Parole de Jésus … mais un seul sera SAUVÉ !
Qu’a-t-il de plus que les autres ? Ce plus pauvre, ce plus méprisé de tous, doublement exclu, de par sa maladie et de par son statut est le seul à reconnaître sa guérison comme une réponse divine à sa demande. Il est le seul à revenir à la Source du don et à identifier Jésus comme donateur de vie. Il est le seul à établir une relation avec celui qui lui a rendu la vie.

Ce Samaritain, nous invite à entrer en totale dépossession, à croire que nous sommes appelés à naître, à vivre, à revivre et à mourir sans raison et sans justification, par pure grâce ! Tout est don et notre Donateur a un nom et un visage à aimer !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.