Luc 18, 35-43 14-11

matthieu9_32-38« Que je voie ! »

« Voici que nous montons …le Fils de l’homme sera livré…ils le mettront à mort. Et le troisième jour il ressuscitera. Ils ne comprirent rien à tout cela ».  « Or, comme il approchait de Jéricho… »   Peut-être, pouvons-nous évoquer le peuple élu abordant Jéricho, prêt à entrer dans la Terre promise. Aujourd’hui un malvoyant est là qui mendie au bord du chemin. Peut-être, est-il là pour révéler l’aveuglement des disciples, leur désir de voir, de comprendre ?

Ce malvoyant que rien ne distrait, peut écouter. Dans sa nuit il entend une foule marcher, un monde en marche porté, sans doute, par un espoir de bonheur. Apprenant que c’était Jésus le Nazaréen, rabroué, sommé de se taire, «il crie de plus belle : Fils de David aïe pitié de moi ! Seigneur que je voie ! »  (…) « Et, tout le peuple ayant vu, célébra les louanges de Dieu »

Toujours et partout dans le monde des pionniers malvoyants, mendiants, pourchassés sont sommés de se taire. Sans le voir, ils  découvrent le Nazaréen dans leurs semblables. Ils entendent battre le cœur d’un monde en marche vers sa Pâque. La foi leur ouvre les yeux. Ils voient, ils suivent Jésus dans sa montée à Jérusalem en glorifiant Dieu.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.