Luc 18,35-43

Un aveugle mendiant se trouve aux périphéries d’un foule qui accompagne Jésus dans son entrée à Jéricho. Or juste avant cela, Jésus vient d’annoncer pour la 3e fois que le suivre va mener les disciples à Jérusalem, à la souffrance, la mort et la Résurrection. Qu’ont-ils compris ?? Il en est encore qui marchent en avant, devant Jésus. Ils portent certainement en eux de beaux projets, un beau dynamisme, tout orienté vers l’avant. Ils font partis du groupe, mais ils sont devant le maître et non à ses côtés ou derrière, comme tout disciple est appelé à trouver place.

Nous pouvons tellement leurs ressembler ! Méfions-nous de cette place en avant, de nos projetsgéniaux, de nos pastorales d’avant-garde, de nos prospectives modernes qui laissent le maître à l’arrière ! Pourquoi ? Parce que lorsqu’une personne en périphérie se mettra à crier, en dehors des programmes que nous aurons posé, nous le ferons taire…

Mais Jésus ouvre toujours une issue. Il ne va rencontrer le mendiant et il n’interpelle pas non plus les personnes sur leur positionnement.  Mais il introduit chacun dans un autre mouvement :

– pour « ceux qui marchaient en tête » : celui de mener un frère vers Jésus
– pour l’homme en périphérie : celui de venir avec d’autres vers Jésus.

« Retrouver la vue », n’est-ce pas nous déplacer pour retrouver Jésus dans notre champ de vision ?

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.