Luc 2, 36-40

Aujourd’hui, une femme très avancée en âge accueille un enfant, un bébé …
Notre société n’aime pas trop le grand âge, et elle essaye d’en cacher les marques par de nombreux artifices. Pourtant, l’Evangile nous révèle toute la sagesse et la vigueur qui jaillissent de cette rencontre, tant pour Anne que pour Jésus.

La longue attente et la fidélité d’Anne ont creusé en elle une grande sagesse, exprimée par sa capacité d’accueillir Celui qui vient, comme une Bonne Nouvelle. Si sa vue et son ouïe ont baissé à cause des années, son acuité spirituelle, elle, au contraire, s’est affinée : Eveillée au long des jours et des nuits de son existence, Anne ne rate pas le rendez-vous de Dieu qui vient dans la chair fragile d’un nourrisson … Elle reconnaît Dieu là où personne ne l’attend et elle en parle !

Dieu fragile, Dieu dépendant des soins d’un père et d’une mère, se laisse accueillir, et dans le silence, il consent à ce que l’on parle de Lui. Ce Dieu-là, si petit, qui a besoin des autres, ne peut que grandir en sagesse et en intelligence !

Ouvrons les yeux, soyons éveillés et reconnaissons notre Dieu, dans la fragilité et la dépendance : oui, Dieu se fait l’un de nous pour que nous le rencontrions dans notre propre chair… Ne nous y dérobons pas, ne ratons pas la Rencontre véritable au plus profond de notre humanité.

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.