Luc 21,34-36

Tornade à Dong Hô © CSJ Vietnam

C’est dans un contexte de désordre, d’invasions, de guerres, de discordes, de phénomènes cosmiques effrayants, … que Jésus adresse à ses disciples cette parole : « Tenez-vous sur vos gardes de peur que vos cœurs ne s’appesantissent ».

Ne reconnaissons-nous pas notre siècle et notre monde ? Des hommes sèment un peu partout la terreur, des pays se divisent et s’enferment dans des replis identitaires, des guerres éclatent entre peuples frères, entre religions, le ciel, la mer et la terre s’acharnent contre certaines régions de notre planète.

N’ayons pas peur de ce qui tue et de ceux qui détruisent le corps mais ne peuvent faire mourir l’esprit. Craignons plutôt ce qui appesantit le cœur, ce qui nous éloigne de l’Evangile, du Christ et des autres.

L’invitation de Jésus est à recevoir aujourd’hui et chaque jour : restons vigilants, avec l’Evangile du Christ pour unique boussole de notre vie ! Lui seul peut nous faire traverser les épreuves de la vie. Seul l’Evangile nous fait traverser la mort et vivre dès aujourd’hui en ressuscités, par des conduites qui ont valeur d’éternité : le pardon, la miséricorde, le don de soi, la fraternité, la confiance, le partage, …

Avec l’Evangile solidement attaché à nos reins, notre cœur restera vigilant, et nous seront des vivants, debout, au milieu des tempêtes de ce monde.

Sr Catherine

 

« Debout devant le Fils de l’homme»

Échapper à un  filet qui s’abat sur la terre entière et se tenir debout devant le Fils de l’homme. Serait-ce à reporter aux calendes grecques ? L’évangile suggère le contraire « Tenez-vous sur vos gardes » L’improviste n’est-il pas plutôt  l’« Aujourd’hui » du Royaume déjà là ?
Comme en un temps de guerre, dans un quotidien exceptionnel ou très ordinaire,  « Se tenir sur ses gardes ». Appelé à « Se tenir debout  devant le Fils de l’homme»,  comme il y a de nombreux siècles, bien avant la venue du Christ, trois jeunes gens en exil à Babylone, se promenaient librement au milieu du feu. (cf : Dn 3, 91-92)
Ne pas s’alourdir dans l’attraction de nos passions, de nos satisfactions immédiates, de notre oubli d’un «  Ailleurs ». Non pas dans une apesanteur extra-terrestre, mais enracinés en terre profonde, fixer la lumière.
« Restez éveillés et priez en tout temps », tenant en mains la flèche à deux tranchants, aimantés vers le haut : « Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé » Za 12, 10 « Et moi, élevé de terre, j’attirerai tout à moi » Jn 12, 32  Dans la vigilance de l’Esprit, consentir de tout son être à cette attraction qui nous fait tenir debout, ressuscités, dans la fournaise de l’actualité, de nos cuisantes omissions et de nos impuissances.
« Montrez à tous vos fidèles, Seigneur, comment, dans un sens réel et plein, « leurs œuvres les suivent » dans votre Royaume… Faute de cela, ils seront comme des ouvriers paresseux que ne talonne pas une tâche. » (Teilhard de Chardin « Hymne de l’univers »)

Sr Claire

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.