Luc 4, 14-22a

« Le Magnificat de Jésus »
Film01-Bab-Aziz-le-Prince-qui-contemplait-son-ame-2006-de-Nacer-Khemir « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction » (v.18).
Cette parole de Jésus, lisant le Prophète Isaïe, à la synagogue de Nazareth, fait écho à la Parole du Père, dite sur son Fils, et à la descente de l’Esprit sur lui, au Jourdain (Lc 3,21-22).
Le fil conducteur des récits, allant du baptême à la prière dans la synagogue, est la Présence, en filigrane, de l’Esprit Saint (Lc 4,1.14). C’est lui qui révèle, qui manifeste, qui remplit, qui conduit, qui accompagne, qui éclaire et fait rayonner tout l’être et l’agir du Christ.
Film01-Bab-Aziz-le-Prince-qui-contemplait-son-ame-2006-de-Nacer-KhemirPorteur d’un autre que lui-même, Jésus en lisant ces quelques versets de l’Ancien Testament, les fait résonner à la manière du Magnificat de Marie (Lc 1,46-55). Les miracles de l’annonce de la Bonne Nouvelle, de la libération et des guérisons s’adressant aux pauvres, aux captifs, aux aveugles et aux opprimés (v.18), sont comme les merveilles promises aux craignants Dieu, aux humbles et aux affamés chantés par Marie.
En ce jour inaugural, Jésus accomplit la promesse faite à tous les croyants, en faveur d’Abraham et de toute sa descendance.
Film03-Bab-Aziz-le-Prince-qui-contemplait-son-ame-2006-de-Nacer-KhemirLe Fils devenant lui-même Parole, le livre est fermé (v.20) afin que la Bonne Nouvelle du Salut chante en tous les cœurs, dépassant l’intime tête-à-tête de Marie et d’Elisabeth, pour se répandre dans toute la Galilée (v.14), par le témoignage de tous ceux qui l’approchent et l’écoutent (v.22).
© Légende photo : Film franco tunisien « Bab Aziz, le Prince qui contemplait son âme », 2006, de Nacer Khemir.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.