Marc 6, 34-44

Jésus a un coup d’œil incontestable en regardant cette foule devant lui : « ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger ». A quoi pourraient ressembler des brebis sans berger ? Quel est l’indice qui a fait naitre en Jésus la pitié ?
Je peux mieux comprendre cette empathie du Christ en regardant comment il va répondre, ce qu’il va leur procurer : « il se mit à les enseigner…il répondit à ses disciples’ donnez-leur vous-même à manger’ »

lavement-piedsNous retrouvons les deux Tables de l’Eucharistie : celle de la Parole, de l’enseignement et celle du Pain.
Face aux foules actuelles, face à la soif exprimée ou non de nos frères humains, dans les « déserts » de notre monde, de leur vie, Jésus nous propose deux attitudes :
– Enseigner : dire cette Parole qui me fait vivre. Dire combien la rencontre du Christ me nourrit, les merveilles qu’Il a faites en ma vie.
– Se donner soi-même à manger : m’engager avec toute mon identité, mes dons au service des autres. Faire de ma vie un lavement des pieds…

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.