Luc 4, 38 – 44

« Mais Lui, passant au milieu d’eux, alla son chemin » 4,28
« Son chemin » ! Ce chemin de liberté de « Jésus Homme libre » est mis en œuvre par Luc dans un « raccourci » offert en ce jour à notre méditation. Il dit sans doute l’essentiel de la personnalité de Jésus comme de sa mission, et ouvre la voie à celle de ses disciples, à la nôtre.

De la synagogue à la maison, de l’intimité d’une famille à la foule, du tumulte au désert, de la Galilée à la Judée, du jour à la nuit et de l’obscurité à la lumière… ,la totalité du temps, de l’espace et de l’humanité est ici habitée d’une Présence d’Autorité qui libère.«Chacun »est rejoint par Jésus dans sa fièvre, son infirmité, voire l’oppression de « l’esprit du mal ». Le projet de Dieu en Jésus-Christ est bien de mettre l’homme, la femme, debout !

Jésus fait « chemin » en tout et en tous, de tout et de tous, pour tout et pour tous, mais non sans notre libre consentement et notre participation. Certes, Il est le Maître d’Œuvre, mais sa Puissance de Vie répond à notre prière, à nos démarches, à la sollicitude que nous avons les uns pour les autres :

« Ils le prièrent de faire quelque chose pour elle »
« Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades de toutes sortes les Lui amenèrent… »

Jésus, Porte des brebis, Bon Berger qui nous donne la Vie, passe par les portes ouvertes de nos maisons (V.38) pour se pencher sur notre humanité fiévreuse et imposer les mains à chacun de ceux qui Lui sont présentés. Ce lieu d’échange est notre quotidien, aussi banal qu’il soit. Ne rêvons pas que sa puissance de libération s’exerce ailleurs et autrement. En passant dans nos vies, II nous fait passer dans la sienne pour « aller Son Chemin » de service au milieu du monde, mais ce chemin est marqué par la croix. En st Luc, c’est bien vers Jérusalem que Jésus fait route, « puisqu’un prophète ne peut mourir en dehors de la Ville Sainte ».

Aussi, pour garder le cap de la mission, Il nous invite à notre tour à « sortir au point du jour, pour nous rendre dans un lieu désert », loin du succès, loin des « démons » de tous genres qui voudraient nous faire croire à un autre Messie. Souvenons-nous de Pierre…
Au « lever du Jour », comme pour Marie de Magdala, c’est vers son Père et notre Père que le Fils Unique tourne nos regards. Là, Il nous abreuve à la Source de son Esprit de discernement et de Liberté,et nous envoie comme le Père l’a envoyé.

« Ils voulaient le retenir de peur qu’Il ne s’éloignât d’eux.
Mais il leur dit :
« aux autres villes aussi il me faut annoncer le Règne de Dieu,
car c’est pour cela que j’ai été envoyé».

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.