Luc 7, 24-30

« Qu’êtes-vous allés contempler au désert? » (v.24)
Des roseaux agités par le vent ? Un vide dénudé, habité par le silence ? Ou une Présence habitée, là où le Tout se révèle dans la pauvreté du Rien ?
« Le désert » : Mais, qu’est-ce qu’un désert ? ….

…. un lieu, un temps, une expérience.

Un lieu où Jean-Baptiste a demeuré. Il a préféré ce lieu vide et aride aux palais royaux. Il s’est fait pauvre, riche de Celui qui viendra après lui et dont il n’est pas digne de délier la courroie de ses sandales (Lc 3, 16).

Un temps…. Le désert est un itinéraire. Jean-Baptiste l’a tracé dans son histoire, enimitant Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Il a préparé jusqu’au chemin de croix le chemin de Jésus.
Ainsi, Jean Baptiste, le plus grand des enfants des hommes devient aussi l’un des grands du Royaume des Cieux.

Une expérience… Expérience d’alliance entre Dieu et le peuple. C’est au Jourdain que Dieu s’est donné à voir en Jésus le proclamant son Fils Bien-Aimé.
Ainsi, la Visitation s’est accomplie : la rencontre de Dieu et de l’Homme.

…. Un lieu, un temps, une expérience pour nous aussi.
Nous sommes envoyés à lire dans notre vie les déserts que nous habitons.

Un commentaire

  1. « QU’ÊTES-VOUS ALLÉS REGARDER AU DÉSERT ? UN ROSEAU AGITÉ PAR LE VENT ?… UN HOMME HABILLÉ DE VÊTEMENTS RAFFINÉS ?… UN PROPHÊTE ?… LES PHARISIENS ET LES DOCTEURS DE LA LOI, EN NE RECEVANT PAS SON BAPTÊME, ONT REJETÉ LE DESSEIN QUE DIEU AVAIT SUR EUX (Lc 7, 24-30). Lors que le sage indique le soleil au sot avec son doigt, le sot, au lieu de regarder le soleil et d’apprécier sa beauté, se contente de regarder le doigt. Plusieurs motifs nous portent à l’écoute de la Parole de DIEU, soit la simple curiosité, soit l’écoute en vue d’une critique déconstructive, soit encore l’écoute en vue d’un accueil intérieur et méditatif. JEAN-BAPTISTE a prêché un baptême de conversion pour le pardon des péchés, afin que le dessein de DIEU se réalise sur les convertis. Mais, quel pouvait être l’effet d’un tel prêche, pour un homme vivant dans le désert, se nourrissant de sauterelles et de miel et menant une vie d’ascète ? Certainement, beaucoup y sont allés par simple curiosité, pour voir un roseau agité par le vent. Très souvent, l’appréhension que nous avons des personnes, peut influencer notre manière de recevoir ce qu’elles ont à nous apporter. Un regard dépressif, un cœur qui juge déjà à l’avance, un témoignage déjà corrompu dès le départ, ne peuvent que conduire à un jugement négatif ou péjoratif de ce que nous regardons. DIEU aura beau multiplier des actes de miséricorde, de charité et de justice sous nos yeux, mais si notre cœur reste fermé à la nouveauté de l’Évangile, la conversion nous sera toujours difficile à opérer et nous serons toujours prisonniers de l’indifférence et du mal. Mais, lorsque le cœur se laisse toucher par la grâce divine et que le regard intérieur de la foi se tourne résolument vers la lumière d’en haut, notre foi est nourrie et éclairée. Ainsi, nous adhérons au projet de DIEU sur nous. La Parole de DIEU n’est appréciée et n’a d’effets que si elle éveille en nous le sens de la conversion, du discernement et de la transformation intérieure. L’unique réponse qu’elle attend de l’Homme, c’est qu’il puisse se mettre en route, sur le chemin de sanctification et de la communion universelle, avec tous les hommes, sans distinction de race et de culture. Bonne journée de méditation et de travail
    Abbé Achille Kandi, Archidiocèse de Bertoua

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.