Luc 8, 1-3

Jésus part annoncer la Parole de villages en villages avec « des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais ». Généralement, pour se rendre crédible dans des rencontres, on choisit des personnes propres sous tout rapport et parfois même l’élite afin de mettre toutes les chances de son côté.

Mais Jésus ne fait pas ainsi. Quelle mauvaise réputation en ces femmes !! Étonnante démarche que celle de Jésus! Il ne semble pas avoir choisi les meilleures personnes pour disciples. Jésus révolutionne : la Parole n’a pas besoin d’un porteur de la Parole au curriculum vitae admirable ou au casier judiciaire vierge.
Dieu appelle sans préjudice de l’histoire de chacun. En regardant de prêt les divers appels de Dieu, nous pouvons constater que les histoires sont lourdes d’échecs, de violences, de mensonges…:  Jacob qui ment et trafique, Moïse qui tue un homme, Elie qui assassine à grande échelle, Tamar qui se prostitue, Paul qui pourchasse les chrétiens… ces lourdeurs passées seraient-elles des atouts pour propager la Parole ? Parce que nous sommes pauvres et fragiles, parce que nous avons expérimenté la miséricorde de Dieu, nous pouvons entrer en empathie avec ceux à qui nous annonçons la Parole. Heureuse pauvreté, heureux échecs… !! Dieu a pris des collaborateurs comme ils étaient et ils les a envoyés proclamer la Bonne Nouvelle avec toutes leurs limites, imperfections. Le chrétien n’est pas un champion de l’annonce de la Bonne Nouvelle, mais celui qui résolument tient compagnie au Christ.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.