Luc 9, 22-25

Pour la première fois dans l’intimité du petit groupe des douze, Jésus se livre, il partage ce qui lui tient aux entrailles, le passage obligé que lui montre le Père : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté, qu’il soit mis à mort et que le troisième jour il ressuscite. » « Il parlait ouvertement la parole », dit Marc à propos du même événement.

Quoi de plus incompréhensible que cette annonce de mort-résurrection pour qui n’en a aucune expérience ? « Cette parole leur restait voilée pour qu’ils n’en saisissent pas le sens » (9, 45) « Eux n’y comprirent rien » (18, 34) N’est-ce pas cet obscur chemin de foi que chacun de nous doit prendre à son compte, non pas du bout des lèvres mais à l’instar des disciples dans une aventure qui sollicite toute notre confiance. Les disciples suivent Jésus, ne sont-ils pas dans une impasse ? Tous ceux qui le veulent peuvent venir à sa suite : deux conditions pour cela : renoncer à soi-même et prendre sa croix ou autrement dit « Perdre sa vie » : « la perdre à cause de moi c’est la sauver. » affirme Jésus.

La foi, dit-on, déplace les montagnes et il n’y a pas d’amour sans folie. « A cause de moi » et de « l’heureuse annonce » ajoute Marc. « Pour moi vivre c’est le Christ » s’écrie l’apôtre Paul. Ce choix nous est offert quotidiennement. Comment ? Jusqu’où suivre pas à pas le chemin qu’il trace pour chacun de nous ? Peut-être dans une humble prière : « Jésus Fils de Dieu Sauveur, prends pitié de moi pécheur », dans une foi, une confiance sans bornes en sa victoire.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.