Luc 9, 7-9-50

Chercher à voir Jésus…

© Monastère du Wadi Natroun, Egypte
© Monastère du Wadi Natroun, Egypte

Comme Zachée, Hérode, Tétrarque de Galilée, cherche à voir Jésus… Mais aura-t-il, lui aussi, l’audace de quitter son siège, sa position ? Prendra-t-il le risque de se compromettre au milieu de la foule, de « descendre », lâchant ses prérogatives, pour entendre une parole de Jésus, pour écouter et vivre de la Parole ?

Ces quelques versets insistent sur la « perplexité » d’Hérode face à l’identité de Jésus : une incapacité à se déterminer, un piétinement dans les « on-dit » et les rumeurs, une confusion qui traduit certainement l’avidité de ce regard, dépourvu de confiance, opaque au mystère inattendu de la personne de Jésus… La rencontre ne peut s’effectuer dans de telles conditions !

Hérode verra Jésus, mais ce rendez-vous annoncé le laissera impropre à la véritable connaissance, fermé à toute reconnaissance : « A la vue de Jésus, Hérode se réjouit fort, car depuis longtemps, il désirait le voir, à cause de ce qu’il entendait dire de lui, et il espérait lui voir faire quelque miracle » (Luc 23,8).

Hérode verra Jésus, mais pour l’interroger avec violence : il se heurtera au silence du Verbe, incapable de discerner, dans la parole désarmée, la révélation du visage véritable de Dieu.

 Hérode verra Jésus pour le revêtir du manteau royal de la dérision et du mépris, accomplissant, lui aussi sans le savoir, la prophétie du Serviteur humilié, glorifié, élevé en sa défiguration même.

Opacité du regard, fermeture obstinée des oreilles : il nous manque parfois, pour aller plus avant, la limpidité et l’émerveillement des yeux de l’enfance !

« Notre âme est comme un château fait d’un seul diamant ou d’un cristal limpide et dans lequel il y a beaucoup d’appartements. L’âme est d’une excellente beauté et d’une grande capacité car elle a été créée semblable à Dieu. Malheureusement nous savons peu de la grandeur de notre âme à cause de la «grossière enchâssure» de ce diamant, l’enceinte de ce château. Ce château renferme de nombreuses Demeures : en haut, en bas et sur les côtés. Enfin, au centre au milieu de toutes les autres, se trouve la principale Demeure, celle où il se produit des choses très secrètes entre Dieu et l’âme. Comment pouvons-nous y entrer ? Bien que ce château soit l’âme elle-même, il y a une différence entre y être et «y être». Beaucoup d’âmes restent dans l’enceinte extérieure. Elles sont si habituées à vivre au milieu des choses extérieures qu’elles semblent impuissantes à rentrer en elles-mêmes » (Thérèse d’Avila, Le château intérieur, 1,1).

Un commentaire

  1.  » Il ne savait que penser…. Et il cherchait à le voir.  » et il passe à côté de la rencontre !
    Quel loupé !
    Opacité du regard, fermeture obstinée des oreilles, comment cela se fait-il que certains puissent s’ouvrir et pas d’autres ? Comment résister à l’Amour? Quel mystère !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.