Marc 10, 17-27

Arcabas – la transfiguration

De la Bonne Nouvelle de l’Evangile, nous retenons trop souvent, les préceptes d’une loi à accomplir pour être de « bons chrétiens » … et comme l’homme riche, il nous arrive d’être relativement satisfaits de nous-mêmes. Nous nous croyons arrivés à une certaine perfection, parce que nous respectons la loi … et nous nous tenons dans une forme de jugement sur nous-mêmes et sur les autres…

Mais Jésus nous regarde d’un autre œil que celui du juge : « il le regarda et l’aima ». Jésus nous regarde et il nous aime, le premier et sans aucun mérite de notre part !

Tout commence donc par le regard de Jésus … Laissons-nous toucher et retourner par son regard. C’est parce qu’il nous regarde et nous aime inconditionnellement, que nous pouvons ensuite entendre son « va, vends et viens » … C’est la relation d’alliance avec Jésus qui est première dans ce récit, son regard qui nous inclut dans l’alliance, quelle que soit notre capacité à vivre la Loi.
La proposition de Jésus alors ne semble plus être va, vends et viens, mais viens, va et vends… Retournement de la source de notre effort … non plus à partir de notre projet de perfection, mais à partir du don de l’amour inconditionnel qui nous est fait. C’est de ce regard que nous recevons la force de commencer à accomplir la loi et même plus que la loi, à vivre de l’Esprit, dans la loi.

3 commentaires

  1. Me relisant, j’ai envie de compléter …
    La proposition de Jésus alors ne semble plus être va, vends et viens, mais viens, va et vends… et suis-moi !

  2. Etrange : dans ma Bible, (La Sainte Bible tout ce qui a de plus Catholique), je lis Saint Marc, chapitre 10 le verset 21b : « …. puis viens, prends ta croix et accompagne-moi ». Mystérieux, Jésus n’ayant pas encore été crucifié, demande déjà au jeune homme de prendre sa croix pour l’accompagner. Dans Saint Luc, on lit « … puis viens, et suis-moi ».
    J’aimais bien cette idée que Jésus demande de prendre avec Lui sa croix… mais d’où me vient cette traduction ?? Il faudrait voir dans Saint Jérôme, le saint traducteur, mais je n’ai pas assez de notions de grec et de latin.

  3. Bonjour,

    j’ai lu avec attention votre commentaire sur le site du carmel Saint Joseph à propos de Marc 10, 17-27, et il m’a fait faire une petite recherche.
    J’ai trouvé dans la Bible de Jérusalem (BJ) : Va, ce que tu as, vends-le et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens, suis-moi.
    Dans la Traduction Œcuménique de la Bible (TOB) : Va ; ce que tu as, vends-le, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens, suis-moi.
    Dans l’interlinéaire grec/français (texte en grec, traduit mot à mot sous le texte) : Va, tout ce que tu as vends et donne [aux] pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel, et viens, suis-moi.
    Bible de Crampon : Va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens, et suis-moi, ayant pris la croix.

    La Bible est écrite en hébreu, sauf certains passages qui sont écrits en araméen. Au 3e siècle avant Jésus Christ, une traduction est faite en grec à Alexandrie, c’est ce qu’on appelle la septante. Le canon du judaïsme (ce qu’on appelle le texte massorétique) est fixé autour du 1er siècle et connaît des écarts avec le texte de la septante.
    Les juifs garderont le texte massorétique tandis que les chrétiens prendront le texte de la septante pour l’Ancien Testament.
    Plusieurs traductions en latin (à partir du 2e siècle) sont faites à partir de la traduction grecque de la septante et sont assez disparates. Saint Jérôme entreprend entre 382 et 420, une traduction intégrale de la Bible, à partir du texte massorétique pour l’Ancien Testament et à partir de la traduction grecque du Nouveau testament. Sa version s’appelle la vulgate, qui sera la base des traductions en langues vernaculaires (langues parlées par les peuples).

    Vous comprenez que les questions de traductions sont extrêmement complexes et qu’elles sont marquées par l’histoire. Certains mots ont été omis par les copistes ou au contraire ajouté … ce qui rend très difficile de savoir quelle est la bonne version en hébreu et en grec.

    En règle générale, l’Eglise orthodoxe a pour texte officiel la septante, le judaïsme le texte massorétique, l’Eglise protestante la Bible de Second, traduite à partir de l’hébreu et du grec, et l’Eglise catholique, la vulgate traduite ensuite dans toutes les langues vernaculaires.

    Au terme de cette petite recherche, il me semble intéressant de lire plusieurs traductions, de les confronter, et surtout de tirer le sens de ce que chacun des textes donne, dans sa traduction. Personnellement, je pense que le texte prend sens lorsqu’on le travaille à plusieurs, car non seulement les mots disent quelque chose, mais l’expérience de chacun révèle encore la Parole de Dieu.

    Je vous remercie d’avoir pris le temps d’un commentaire. Et, si vous aimez travailler le texte biblique, sans savoir lire le grec, je vous conseille de vous procurer un interlinéaire grec/français, qui vous donne le texte en grec, avec sous chaque mot sa traduction, et deux traductions en français.

    Bonne suite à vous, fraternellement dans le Christ, Sr Catherine.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.