Marc 10, 32-45

En quête de place !

marc10_32-45Vraiment, il y a de quoi être « effrayés » et « stupéfaits » ! Pour la première fois, Jésus parle en « nous », il n’enseigne plus avec la distance du Maître, mais il associe ses disciples à son propre chemin : « Voici que nous montons à Jérusalem… ».

Et à quelle élévation sommes-nous promis, associés ? Non pas à l’élévation sur la Croix qui ne concerne que Jésus lui-même, mais bien à la dignité bafouée, à la défiguration, au mépris de tous… Telle est la figure du disciple que Jésus expose en cette troisième annonce de la Passion.

Comme Jacques et Jean, nous avons une mémoire sélective ; des paroles de Jésus nous ne retenons le plus souvent que celle-ci, avec le cortège de nos rêves et de notre imaginaire : « Quand le Fils de l’humain viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges… » (Marc 8,38).

Cela, nous le « voulons » avec toute la force de notre désir : « siéger à la droite et à la gauche » du Maître, glorifiés en ces places exclusives et privilégiées !

Paradoxe et ironie de l’Evangéliste Marc ! Jésus ne rejette pas la présomption et l’inconscience de ce vouloir de pouvoir : il nous ouvre l’espace de la plus grande proximité avec lui, la place des « brigands crucifiés à sa droite et à sa gauche ».

« Coupe » et Baptême » qui nous échoient, si du moins nous consentons à nous dessaisir de tout vouloir de puissance, pour entrer dans la responsabilité sans limite offerte aux « serviteurs de l’amour ».

« Car le Fils de l’humain n’est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon (librement) pour la multitude ».

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.