Marc 10,1-12

« Au commencement »

Tour à tour du milieu des foules, du côté des Pharisiens en leurs questions-pièges, ou des disciples qui « ne saisissent pas encore, ne comprennent pas et ont le cœur endurci » (Mc 8, 17), tous nous sommes concernés. Et même si je ne suis pas marié, je ne suis pas quitte pour autant.

Jésus n’est pas dupe, « Il sait ce qu’il y a dans l’homme » (Jn 2,25). Sa Parole est « un glaive à deux tranchants qui discerne les pensées secrètes du cœur ». Ainsi notre bonne conscience au regard de la loi, est jugée par la loi : « Moïse vous a donné cette loi à cause de la sclérose de votre cœur ». « Personne ne sera justifié devant Lui par les œuvres de la loi » (Rm.3, 4). C’est « Dieu qui justifie » (Rm.8, 33). Dieu seul peut, en toutes nos relations, « ajuster » notre cœur au Sien. Cet « ajustement » passe par un retour aux Sources. Il faut creuser les « commencements » dit Jésus, ce projet d’Amour de Dieu, qui s’engage lui-même dans une Alliance indéfectible avec l’humain, se livrant à part égale. Lorsqu’Il le suscite à son image et à sa ressemblance, homme et femme, égaux et différents, libres et un, Il sculpte par avance le Visage du Christ et « Ouvre le Livre » de ses épousailles avec l’humanité.

« Je vous ai confié Mon Visage, en Jésus j’ai pris votre chair. Avec vous, en Son sang, j’ai tissé une Alliance d’Amour, Nouvelle et Eternelle. Son cœur transpercé guérit votre « Fermeture à l’Amour » (Lytta Basset) : nous avons partie liée.  Moi, je ne peux me dédire, alors ne défaite pas l’œuvre de Mes mains ».

Le divorce n’est pas d’abord entre l’homme et la femme, le divorce est dans le cœur de l’humain, le divorce est au cœur de chacun de nous et nous sommes responsables les uns des autres. Le divorce et l’adultère n’est-ce pas d’abord de se couper de son Origine et de sculpter un dieu à notre image et notre ressemblance. Le chemin de l’Amour et du bonheur des Béatitudes est un chemin de conversion, de grâce et de miséricorde, quel que soit notre état de vie. Ainsi nous faisons Corps, un seul Corps, celui de Jésus Mort et Ressuscité pour nous, qui nous arrache à la « sclérose » de notre cœur et nous tire les uns vers les autres pour qu’à l’image de la Trinité nous devenions UN et « que le monde croie » (Jn 17).

Laissons-nous aller à la contemplation de ce Mystère d’Alliance. L’Eglise en la parole du Pape François nous invite à cette plongée dans la « Joie de l’Evangile » et « La joie de l’Amour ». Certes, dans notre monde, le couple, la famille, l’engagement sont mis à mal. MERCI à ceux dont la fidélité ne fait pas de bruit : petite graine du Royaume qui pousse « on ne sait comment », pour la joie de Dieu et le bonheur des humains.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.