Marc 7, 14-23

Pourquoi les disciples de Jésus prennent-ils leur repas avec des mains impures, bravant ainsi la tradition des anciens ? (Marc 7, 1).
De la part des scribes et des pharisiens, poser ainsi la question à Jésus montre à quel point ils ne soupçonnaient pas la « nouveauté » (Mc 2, 21-22) de son enseignement, bien qu’annoncée par les Prophètes (Isaïe 29, 13).
Sommes-nous concernés par la réponse de Jésus (« Vous mettez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes » Mc 7, 8), alors que nous ne connaissons pas ces catégories du pur et de l’impur ?

Au sein de notre tradition chrétienne, une certaine pratique de règles à portée sociale, éthique, liturgique…, dans l’oubli de leur finalité (nourrir et célébrer l’amour de Dieu et du prochain), et en les appliquant pour elles-mêmes, nous expose au même risque de séparer des humains (les purs) de leurs frères (les impurs).
Aux yeux de l’Evangile, ces frontières ne tiennent pas.

Par contre, « c’est du dedans, du cœur des hommes, que sort ce qui souille l’homme » (v 20-21), le séparant ainsi de lui-même, des autres et de son Dieu : « débauches, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, ruse, impudicité, envie, diffamation, orgueil, déraison » (v 21-22). Jésus nous fait la grâce de mettre des mots sur les choses. Qui n’a volé une idée ? Qui n’a eu des mots qui tuent ? Nos journées sont tissées de ces maux mais Jésus veut nous en guérir….

Bienheureuse question des scribes et des pharisiens qui nous révèle un tel Sauveur…

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.