Marc 9, 14-29

CAPABLE – INCAPABLE
Les disciples de Jésus ont essayé d’expulser un esprit mauvais mais sans leur maître, leurs efforts ont été vains, et le père de l’enfant possédé d’interroger Jésus sur leur incapacité (v.18), Jésus de fulminer contre eux : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? » (v.19) et de ramener à leur manque de foi ses disciples comme le père : « Pourquoi dire : “Si tu peux”… ? Tout est possible pour celui qui croit » (v.23). La conclusion de cet épisode est une réponse de Jésus à la question des disciples sur leur échec : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à l’expulser ? » (v.29). La réponse est claire et sans équivoque : rien ne peut se faire sans la prière.
Il semblerait que la question récurrente, suite à cet exorcisme raté, soit celle de la capacité ou de l’incapacité à agir, à guérir au nom de Jésus, réussir ou non les miracles que lui-même accomplit. 
Jésus vient d’être manifesté à Pierre, Jacques et Jean comme Fils de Dieu (v.09), transfiguré devant eux, canal capable de rayonner la lumière divine et surnaturelle sur la terre. Il les appelle à avoir foi et à prier, c’est-à dire à se mettre comme il vient de le faire dans une dépendance totale au Père et à l’Esprit, afin de devenir capacité divine agissante et puissante. 
La vie spirituelle n’est pas de la magie… mais invitation solennelle à vivre et à croire que Dieu est présent et qu’il se donne, par nous, au milieu des foules et dans les cœurs blessés de nos aujourd’hui.
    • Pour accomplir les œuvres du Père en croyant à Celui qui a sauvé le monde,
    • Pour témoigner que Dieu est tendresse et qu’Il aime la vie et qu’Il nous fait confiance,
    • Pour exposer ce temps à la grâce et tenir l’univers dans la clarté pascale,
    • Pour découvrir les forces nouvelles que l’Esprit fait lever en travaillant cet âge,
    • Pour être enfin le sel, la lumière, dans la joie de servir le Serviteur de l’homme,
    • Pour inventer la terre promise où le pain se partage, où la parole est libre…
L’Esprit nous appelle à vivre aujourd’hui, vivre de la vie de Dieu.
L’Esprit nous appelle à croire aujourd’hui, croire au bel amour de Dieu.
(Chant K 234, Rimaud et Berthier)

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.