« Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19, 37). Voilà le lieu où nous sommes invités à nous tenir en ce vendredi Saint. Regarder la Croix…. Comment ne pas y voir, comme en surimpression, tant de visages meurtris, innocents ? Violences gratuites et mort ont tant frappé ces dernières années, ces derniers mois : « Fils des hommes, jusqu’où irez-vous dans l’insulte à ma gloire, l’amour du néant et la course au mensonge ? » (Ps 4, 3). Il semble que Dieu s’abaisse devant tout homme pour lui poser cette question. La liturgie des Rameaux nous a donné de réentendre de la bouche du Prophète : « Voici que ton Roi vient à toi, humble et monté sur une ânesse » (Mt 21, 5). Mesurons-nous à quel point Dieu se fait humble pour nous rejoindre, dans le respect de notre liberté pouvant aller jusqu’à l’insulte à sa gloire ? « Sa gloire » ? Tout homme, chacun, chacune, Daou, Melike, Evan, Jan, Mélania, Alexandra, Cécilia, Enes, Jose-Luis, Edith, Médéric, Nour, Imad, Maryssia, Meilvyn, Asmae, Mohamed, Nicolas, Felipe … « Ceux que tu m’as donnés, je n’en ai pas perdu un seul » (Jn 18, 9). Croire.

Matthieu 11, 11-15

 « Le Royaume des cieux subit la violence ».

 Comment interpréter cette petite phrase subversive ?

Violence à exercer contre notre prétendue sagesse pour entrer follement dans le Royaume comme l’un de ces petits, comme un enfant ?

Ou, comme le contexte semblerait le dire, extrême violence de ceux qui bouchent leurs oreilles au fervent appel du Messager que Dieu lui-même envoie devant sa face, qui tournent le dos à l’annonce de joie surabondante qu’inaugure le Fils de l’homme. Ni brisés de repentir pour pleurer amèrement comme le fera un jour l’apôtre Pierre, ni inondés de joie pour danser comme le saint roi David devant l’arche du Seigneur.

« Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19, 37).Ils se heurtent à la Porte du royaume où le plus petit est plus grand que Jean-Baptiste. Il n’est pas venu comme quelqu’un qui a tout remis en ordre devant le Fils de l’homme. A l’image du Christ qu’il annonce, nouvel Elie « Il est venu et ils lui ont fait tout ce qu’ils voulaient » Mc 9, 11-13  Il  ne s’est pas levé de plus grand prophète que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. »

Jean-Baptiste réalise en lui la transition entre le Temps de la promesse, et le Temps de l’accomplissement.

« Le temps est accompli et le Règne de Dieu s’est approché…croyez à la Bonne Nouvelle » Mc 1, 15 proclame Jésus. « Qui n’accueille pas le Royaume de Dieu comme un enfant n’y entrera pas. » Lc 18, 17

Combien est actuelle la Parole, le Royaume de Dieu est parmi nous, il est en nous mais, dans l’attente de sa venue en gloire, il subit la violence de nos aveuglements, de nos surdités.

*Cf Christian de Chergé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.