Matthieu 18,12-14

matthieu18_12-14«  Votre Père qui est ciel ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu. »

Il se réjouit d’avoir retrouvé la brebis égarée, plus que des 99 autres qui sont restées sagement au bercail !
Et Jésus demande à ses disciples : » qu’en pensez-vous ? » c’est une constante chez lui de se tourner vers ceux qui l’entourent pour leur demander un avis.

Franchement l’attitude de cet homme est déconcertante, voir frustrante pour les brebis restées dans leur sécurité ! Elles auraient pu pendant l’absence du maître, se détourner du «  bon » chemin elles aussi , ou être attaquées par le loup !

Pourquoi la brebis égarée, celle qui a eu envie d’aller voir ailleurs, de tenter l’aventure de la foi sur d’autres pâturages inconnus au risque de se perdre, a-t-elle plus que les autres le droit à des égards, et comment sa conduite peut elle réjouir le cœur de Dieu, plus que les autres ? Nous venons de refermer les portes saintes de nos églises après l’ année du jubilé de la Miséricorde. Nous avons le choix de rester derrière nos murs, nos convictions, nos certitudes, nos portes bien fermées de nos églises, que pourrait-il nous arriver ?

Ou alors de nous laisser envoyer, plein de sollicitude et sans limite, à la croisées des chemins, chercher la brebis estropiée, boiteuse, isolée. Nous y laisserons peut-être des plumes mais quel bonheur si le Berger vient nous récupérer et nous hisse sur ses épaules.
J’ose avec Jésus poser la question comme il l’avait posé à ses disciples «  Quel est votre avis ?»

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.