Matthieu 21, 23-27

Jésus, libre, ne se laisse pas impressionner par les hommes de pouvoir de son temps qui l’interrogent sur les sources de son autorité. Les grands prêtres et les anciens s’érigent en police de la pensée et demandent à Jésus de se justifier. Mais, ces hommes de pouvoir, eux, ne sont pas libres. Ils ont peur de perdre leur pouvoir et leur statut. Ils ont peur de perdre ce qu’ils ont. Jésus, lui, ne connaît pas cette peur. Il a déjà montré plusieurs fois que l’important n’est pas ce que nous avons, mais ce que nous sommes. Et cela, rien ni personne ne peut nous le retirer. De la crèche à la croix, Jésus n’a rien à perdre … il a déjà abandonné tout statut, tout pouvoir, toute prétention. Il est et cela lui suffit !

Si Jésus cherchait à justifier son action, il aurait bien du mal à dire d’où vient son autorité … car, avec la venue de Dieu dans la chair, avec sa descente au milieu des hommes, la frontière entre ciel et terre est désormais ouverte.

L’autorité de Jésus ne vient-elle pas alors de la parfaite rencontre du ciel et de la terre et de sa parfaite union avec son Père ? « Comme le Père ressuscite les morts et leur redonne vie, ainsi le Fils donne vie à qui il veut […] Comme le Père a la vie en lui-même, de même a-t-il donné au Fils d’avoir aussi la vie en lui-même » (Jn 5, 21.26).

Notre foi en Jésus Christ, de la crèche à la croix, sera-t-elle la source de notre liberté et de notre véritable autorité ? Car, « celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père » (Jn 14, 12).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.