Matthieu 4, 18-22

Laisser

© Protestatio de personnes-handicapées réclamant des aidesà l'état bolivien
© Protestation de personnes handicapées réclamant des aides à l’état bolivien

 « Comme Jésus marchait … il vit … » (v.18). Rien n’est programmé. Jésus marche, il voit, il appelle, et … bonheur pour le lecteur que nous sommes aujourd’hui : quatre hommes pêcheurs, en plein travail, se « laissent » déranger, et lui répondent instantanément. Ils « laissent » tout, et le suivent.
Surgissement de l’amour divin dans le quotidien laborieux des quatre hommes pêcheurs ( ou « pécheurs » si l’on joue avec l’accent sur le « e » … il s’agit donc de nous aussi). Mystère de l’appel singulier et de la vocation. L’homme pour Dieu et rien que pour lui. Jésus marchait et l’homme avance.

Et c’est le début d’une longue histoire d’intimité et d’universalité, d’invitations à tout quitter et à tout laisser, de mises en marche dans un inconnu qui prend chair au jour le jour, au fil des visages rencontrés, au vent de l’Esprit Saint.
À la suite des apôtres, comme André que nous fêtons aujourd’hui, des petits et des pauvres qui peinent au bord d’autres mers de Galilée, se laissent déranger par une invisible Présence, et laissent tout pour servir d’autres hommes. Ainsi s’écrit un cinquième évangile.

Un commentaire

  1. « VENEZ À MA SUITE, ET JE VOUS FERAI PÊCHEURS D’HOMMES. » AUSSITÔT, LAISSANT LEURS FILETS, ILS LE SUIVIRENT (Mt 4, 18-22). Tout appel suppose une réponse. Et DIEU appelle de diverses manières, à différents lieux ; mais IL appelle surtout pour mettre l’Homme en mouvement. La vocation est donc un appel à agir. Les disciples ont leur travail, leur vie, leur famille, mais c’est au milieu de tout cela que DIEU les appelle. Car, il s’agit de toujours faire mieux, de s’impliquer davantage, d’élargir son horizon d’action, ainsi que ses objectifs. Les disciples se mettent à la suite de cet Inconnu qui promet de faire d’eux, non plus des pêcheurs de poissons, mais des pêcheurs d’Hommes, c’est-à-dire ceux qui devront travailler à tirer les autres des fonds des abîmes, pour les ramener à la lumière. Or, ils ne sont que de pauvres pêcheurs, mais disponibles et prompts à tout laisser, pour s’engager à quelque chose de plus grand. La vie devient dynamique, quand nous savons viser toujours plus haut, quand nous ne nous arrêtons pas sur les miettes, les apparences ou le superflu. La seule confiance en DIEU a fait de ces disciples des hommes de foi, des missionnaires dévoués, des colonnes de l’Église, des témoins d’un amour divin qui va au-delà des frontières. Mais, il s’agit de suivre les pas du SEIGNEUR, de marcher à sa suite, car, c’est là que l’Homme apprend à se détacher de soi, de ses fausses sécurités, pour s’imprégner des vraies valeurs de la vie. Il s’agit de suivre la voix de la Vérité et de la Vie. Et quand nous avons trouvé le vrai trésor, la perle rare et de grande valeur, celui qui a les paroles de la vie éternelle, il convient de travailler à maintenir cette relation intime et spirituelle avec DIEU, à la faire grandir, pour qu’elle porte toujours du fruit. Bonne journée de méditation et de travail
    Abbé Achille Kandi, archidiocèse de Bertoua

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.