Matthieu 9, 32-38

© Sr Valérie C.S.J.

Devant la guérison du possédé muet, la foule est dans l’émerveillement (v33), tandis que les Pharisiens accusent (v34).
Devant un même événement, certains sont dans l’ouverture, d’autres dans la fermeture. Le miracle n’est donc pas décisif pour entrer dans la foi. Qu’est-ce que je fais de ce que j’entends et vois ? Seule une écoute profonde semble conduire à la foi.
Les foules sont comme les brebis dispersées (v36). Quelque chose en nous est en attente. Jésus invite ses disciples à prier pour que le Maître envoie des ouvriers à sa moisson (v38) : il y a donc quelque chose de déjà mûr à récolter en nous et entre nous. La mission commence là, dans ce regard contemplatif (Jn 4,35-38).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.