Mt 11,20-24

Le Verbe de la Croix

La parole de Jésus se fait épée à double tranchant, vivante, énergique…He 4,12 Les villes témoins de ses miracles – Capharnaüm la première, Bethsaïde, Corazine – sont semblables à des humains qui se seraient voilés les yeux, bouchés les oreilles, fermés la bouche. Elles accueillent Jésus parmi elles, le Maître de Nazareth, et tout reste obscur pour elles. Comme le germe tombé en terre, comme une parole enfouie dans le cœur. Dieu vulnérable se manifeste aux hommes dans la fragilité d’une vie humaine « ordinaire » tel le Serviteur d’Isaïe « Comme un surgeon il a grandi devant lui, comme une racine aride ; sans beauté ni éclat pour attirer nos regards et sans apparence qui nous eût séduits ; objet de mépris, abandonné des hommes… » Is 53, 2-3

Sans doute était-il terriblement difficile pour l’humain de discerner en Jésus, Rabbi itinérant, entouré de disciples, simples pêcheurs de Galilée, hommes quelconques, le Messie à l’œuvre, Envoyé de Dieu, Jésus Fils de Dieu…

Au terme ultime de cette hospitalité du Verbe de Dieu, le logos de la Croixest « folie pour ceux qui se perdent mais pour ceux qui sont en train d’être sauvés, puissance de Dieu » 1 Co 1,18.

A la Croix, Dieu dit son dernier mot. Le Verbe se tait. L’Esprit est donné. La Vie jaillit en excès d’amour « dans le langage de ce grand Dieu qui est le silencieux Amour » Jean de la Croix.

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.