Luc : 6,12-19

Dans les chapitres précédents, les pharisiens cherchent comment nuire à Jésus.

«  ..ils parlaient entre eux de ce qu’ils pourraient faire à Jésus… » chap. 6, verset 11.

Mais Jésus poursuit sa route, sa mission l’attend. Et comme à chaque moment important , il part seul dans la montagne et se tient la nuit entière dans la prière.
Le jour venu sa décision est prise. Il appelle ses disciples et il en choisit douze parmi eux.
Jésus prend la place de Jacob. Celui ci avait engendré douze fils qui avaient donné leur nom aux douze tribus d’Israël. Il fonde à nouveau en instituant les douze.
Ils les appelle apôtres, c’est-à-dire envoyés. Car ils continueront son œuvre .Il leur donne tout ce qu’il est pour qu’ils servent plus tard à sa place et en son nom.

« Le premier d’entre eux est Simon que Jésus nomme Pierre. Simon, le fils de son père, mais il devient Pierre, la pierre fondatrice de ce peuple nouveau. Tout en gardant son ancien nom, il naît à une identité nouvelle. Il sera le roc inébranlable sur lequel les autres pourront s’appuyer.

Pour finir la liste nous trouvons «  celui qui devint traître » : manière discrète de souligner la liberté de Judas. ; Cela s’est passé ainsi , il aurait pu en être autrement. Ph. Bacq.

Après le choix et le nom des douze compagnons, Jésus redescend de la montagne., tout comme Moïse, il retrouve le peuple, la foule, en bas, dans la plaine.
Nous avons comme un cercle autour de Jésus qui s’élargit. Les Apôtres, les disciples qui étaient avec lui sur la montagne, puis la foule immense de ses disciples et enfin la multitude de gens… et Jésus se tint au milieu d’eux, frémissant de compassion devant cette multitude de toutes contrées qui est là comme des brebis sans pasteur. Elle se presse pour se faire guérir car une force sortait de lui qui les guérissait tous.
« La multitude se pressait pour se faire guérir car une force sortait de lui et les guérissait tous. »
Cette force qu’il a puisée dans cette longue nuit de prière en intimité avec son Père.
Il les guérissait tous . Dans les chapitres précédents nous avons toutes sortes de guérison opérées par Jésus : les lépreux, le paralytique,…! Ne serait-il qu’un thaumaturge ? Non, il vient tel un nouveau Moïse délivrer son peuple de la servitude et des fardeaux imposés par les pharisiens et délivrer un message de miséricorde et de compassion.

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *