Sermons by Sr Nathalie (Page 22)

Luc 19, 45-48

« Je me suis tenu sur la porte et je frappe … » Qu’elle semble loin la promesse adressée à l’Église de Laodicée ! « Voici : je me suis tenu sur la porte et je frappe. S’il arrive que quelqu’un entende ma voix et ouvre la porte, j’entrerai auprès de lui, et je prendrai le festin avec…

Luc 17, 26-37

« La fin d’un monde » Une perspective est ouverte par Luc : la venue du Royaume dans l’histoire des hommes, discrète et subreptice (v.20-21), et l’avènement fulgurant du Fils de l’homme à la fin des temps (v.22-24). Mais sans aucune précision de temps ou de lieu, il revient à celui qui s’y prépare d’attendre et de…

Luc 16, 1-8

« Un maître partage ses richesses » Il nous est difficile de comprendre le sens de cette étrange parabole qui loue l’habileté d’un gérant malhonnête et opportuniste. Et il est d’autant plus déroutant de voir Jésus encourager ce que la moral et les commandements réprouvent : le vol et les pots-de-vin. Difficile … certes, sauf si nous…

Luc 14, 1-6

« La question du Sabbat » Avant toute discussion et polémique, comme Jésus est lui-même acculé au légalisme des pharisiens, ne faudrait-il pas se mettre d’accord sur le sens premier du Sabbat … ? « Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat ? » (v.3). Ou autrement dit travail et guérison sont-ils à mettre…

Luc 12, 54-59

« Le signe des temps » Pourquoi Jésus, s’adressant aux foules, leur reproche t-il leur manque de discernement ? — « Hypocrites ! Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel ; mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ? » — (v.56).  Il les rabroue avec une comparaison météorologique : « Quand vous voyez un nuage monter au couchant ……

Mc 10, 35-45

« Qui nous fera voir le bonheur » (Ps 4,6) Aujourd’hui, dimanche 18 octobre 2015, les fêtes et célébrations s’accumulent joyeusement : 29è dimanche du temps ordinaire, saint Luc, canonisation des parents de sainte Thérèse de Lisieux, clôture de l’année Thérésienne (500e anniversaire de la naissance de sainte Thérèse d’Avila), et …nous célébrerons aussi, à Mechref, la profession…

Luc 12, 1-7

« Déchire le voile de cette rencontre » « Tout ce qui est couvert d’un voile sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu. » (v.2). La parole de Jésus nous tient en haleine, dans cette incertitude entre la crainte et l’espérance : crainte de la mise au jour de nos travers et de nos secrets inavoués, et…

Luc 11, 15-26

« Au Nom du Père » « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. » (v.23). Alors que les foules, témoins de l’exorcisme d’un démon muet et voyant l’un d’entre eux libéré, s’émerveillent ; quelques opposants à Jésus l’accusent de chasser les démons au nom du chef des démons…

Mt 18, 1-5.10

« Quand je serai grand … »
00e_43
© Photo CSJ Mechref, Georges et Gaëlle
« Qui donc est le plus grand dans le royaume des Cieux ? » (v.1).
La question est posée à Jésus par ses disciples, brute et sans détour. Plus que leur curiosité, elle met au jour leur ambition, leur convoitise, leur avidité de pouvoir et leur rivalité. Car vouloir être le plus grand ou le premier est en quelque sorte le refus de l’égalité fraternelle, et peut-être même l’envie de se passer de Dieu : « vous serez comme des dieux » (Gn 3,5) ; ou même de le dépasser : « bâtissons-nous une ville, avec une tour dont le sommet soit dans les cieux. Faisons-nous un nom » (Gn 11,4).
La réponse de Jésus est cinglante … et les accule à faire une conversion radicale : « si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. » (v.3).
Le Royaume ne s’accommode pas des travers arrivistes. La pauvreté, la petitesse, l’humilité, l’enfance spirituelle, le moins, le peu, la douceur sont les seules clés qui ouvrent le cœur de Dieu ; tandis que l’ambition, la grandeur, la gloriole, le plus, la prétention, la violence et les démonstrations de force se fracassent sur la porte de la miséricorde … qui ne s’ouvre mystérieusement qu’au souffle de la fragilité.
La faiblesse est la langue et le visage de Dieu. Jésus ne révèle son identité et sa mission, ne se fait connaître qu’à travers la rencontre des plus petits et des laissés-pour-compte auxquels il s’identifie, jusqu’à mourrir dans une totale impuissance sur la Croix.
C’est en ce lieu que réside le secret de Dieu, là où il veille et recueille les miettes, les blessures et la poussière, là où ses anges apportent l’offrande de nos petitesses (v.10), là où retentit le chant des pauvres : « Le Puissant fit pour moi des merveilles ! » (Lc 1,49).

Luc 9, 18-22

« L’identité des fils de Dieu » « En ce jour-là, Jésus était en prière à l’écart […] » (v.18) Luc est le seul des évangélistes à mentionner la prière de Jésus à l’écart, avant son questionnement aux disciples : « Au dire des foules, qui suis-je ? […] Pour vous, qui suis-je ? » (v.18-20). Au lieu de sa rencontre en intimité…