Jean 10,11-18

Je m’y connais peu en matière d’élevage, de brebis, de pâturage et de conduite de troupeau. Et cette page d’Evangile m’en apprend beaucoup sur la bonne attitude, celle qui donne vie. Et bien plus, elle me permet de lire autrement les signes des temps.

Selon cette parabole, il est bon pour les brebis d’être ensemble. Et la pire chose qui puisse arriver pour chacune et toutes est d’être dispersée. « Etre ensemble », voilà ce qu’ont vécu les apôtres dans la diversité de leur singularité : pécheurs de profession, inspecteur du Trésor, des hommes plus ou moins zélés pour renvoyer l’envahisseur romain, des hommes plus ou moins pieux et religieux. Jésus a désiré ce vivre ensemble, cette communauté, cette ecclésia, cette Eglise Une et diverse, cette humanité Une et diverse.

Mais ce vivre ensemble n’est pas aisé et l’histoire ne cesse d’être marquée par la dispersion, la désunion, par la tentation du rejet de l’autre.

Pourtant l’espérance est présence et cette année la commémoration commune de la Réforme par les protestants et les catholiques donne vie.

Fixons nos regards sur le Berger afin de prendre soin de ce vivre ensemble.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.