Extrait de l'icône de la Trinité de Roublev...

Jean 6, 60-69

          «A qui irions-nous ? »

Extrait de l'icône de la Trinité de Roublev...
Extrait de l’icône de la Trinité de Roublev…

« Il en est parmi vous qui ne croient pas »
Jadis les Hébreux recevaient une manne tombée du ciel, « à cette vue ils s’interrogeaient : Mân hû ?, Qu’est cela? » (ex 16, 2-8) Ils mangeaient une nourriture inconnue. Dans un miséricordieux signe de tendresse, Dieu soutenait leur foi défaillante. Voici que maintenant, Jésus se  donne lui-même, en nourriture. Et le Fils de l’homme, devient pour les humains  un scandale. L’homme livré à lui-même ne peut imaginer un tel don : « manger sa chair et boire son sang». Dieu se donne tout entier dans un « Qu’est cela? » infiniment au-delà de ce que nous pouvons concevoir.

Le Christ s’étonne de ce manque de foi. L’amour ne s’impose pas : « Et vous, ne voulez-vous pas partir ? Alors Pierre s’écrie : «  Tu as les paroles de la vie éternelle » : une vie, d’émerveillement et de foi en l’Autre, en l’autre que nous sommes chacun.

Sous cet humble signe du pain, le Ressuscité accompagne notre exode : « J’ai ardemment désiré manger cette Pâque avec vous » (Lc 22, 15). Eucharistie que nous pouvons  vivre et célébrer partout, à tout  moment, dans l’hospitalité réciproque de nos rencontres, dans le mystère d’un généreux cœur à cœur avec une ou un (A) autre, quels qu’ils soient. Ce pain dont le Fils lui-même se nourrit c’est, nous révèle-t-il, la volonté de son Père « un aliment que nous ne connaissons pas » (Jn 4, 32)

« A qui irions-nous ? », nous est-il soufflé à l’oreille devant l’une ou l’autre situation déroutante, voire intolérable qui surgit dans notre quotidien, pain fort et délicieux d’une vie qui se reçoit et se donne.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.