Jean 15, 18- 21

Consentir au choix du Maître.

jn 15,18-2130303Etre vraiment disciple du Christ implique l’impossibilité d’échapper à la persécution d’une manière ou d’une autre. Le disciple ne choisit pas d’être haï du monde. C’est la conséquence d’un choix premier auquel il a consenti (jn 15,19).

Ce n’est pas le disciple, en lui-même, que le monde hait mais celui dont il est signe (Jn 15,21). La haine vient de la non-reconnaissance (Jn 15,21 et Jn 16,3), de la fermeture, du refus de faire la vérité (Jn 1,9-11 ; Jn 3,20-21 et Jn 16,8-11).

C’est un combat qui nous dépasse largement mais dans lequel nous sommes impliqués jusqu’au cou d’un côté ou de l’autre, que nous le voulions ou non. Si nous consentons au choix du Maître, il nous faudra demeurer en lui (Jn 15) tant pour tenir contre le mal que pour être un reflet de sa lumière qui terrasse les ténèbres (Jn 16,33).

Un commentaire

  1. VOUS N’APPARTENEZ PAS AU MONDE, PUISQUE JE VOUS AI CHOISIS EN VOUS PRENANT DANS LE MONDE ; VOILÀ POURQUOI LE MONDE A DE LA HAINE CONTRE VOUS (Jn 15, 18-21). La foi en DIEU nous expose toujours à des persécutions et à des critiques. Ainsi, croire en DIEU est un risque. Mais, tout ce qui nous expose à des risques est aussi très souvent le chemin qui nous ouvre à la grâce, au succès et au Salut. Car, la voie du bonheur est souvent faite d’embûches, d’épreuves, de rejet. Mais, ces épreuves peuvent aussi révéler la vérité et la valeur certaine et sûre du chemin emprunté. Et plus l’Homme s’engage sur ce chemin de Vérité, de Justice, d’amour et de Salut, plus aussi il devient la cible du Malin, l’ennemi d’un monde de mensonges, d’injustices, des ténèbres et de ceux qui font le mal. Mais, ces discriminations ne commencent pas avec nous, puisque DIEU Lui-même les a vécues dans sa chair et dans son corps. C’est pourquoi, le suivre et l’imiter, c’est aussi partager son sort, être rejeté et même détesté par le monde, parce que nos valeurs sont différentes de celles du « monde ». Toutefois, malgré la haine du monde, DIEU n’a pas cessé d’aimer ce monde, au-delà des persécutions subies, IL n’a pas renoncé à son amour pour chacun de nous. IL a accepté la croix par amour et pour le Salut. Donc, la marginalisation, loin de nous affaiblir spirituellement ou de nous voler notre joie de vivre, doit nous aide à donner du sens à chaque souffrance, en nous efforçant de rester fidèles à notre vocation de disciples du CHRIST. Et toute vie humaine est toujours marquée par le combat entre le Bien et le Mal, entre la Lumière et les ténèbres, entre la haine et l’Amour. Mais, ce n’est pas parce que nous sommes rejetés, insultés ou victimes de discrimination, que nous sommes forcément dans l’erreur. La Vérité ne reste pas longtemps prisonnière du mensonge, de la violence et du faux, elle finit toujours par venir à la lumière. Bon week-end de méditation et de repos
    Abbé ACHILLE KANDI, Archidiocèse de Bertoua

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.