Jean 15,24-26

demeure-du-mystère
© André Gence, Demeure du Mystère

La parabole du grain de blé dit bien une traversée, le renversement radical de notre conception de la gloire qui brille et surélève à notre condition de disciple de Jésus. Le mouvement de cette traversée épouse celui du grain : telle est la descente silencieuse du cœur pauvre qui sait bien ne rien posséder.  « Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui cesse de s’y attacher en ce monde, la gardera ».

Ce consentement à la perte s’ouvre sur un dénouement et permet à tout disciple de l’Evangile de s’engager dans un lien de fidélité à soi-même et à autrui.

Perdre : sortir de soi au point d’être rendu capable de déposer librement sa vie entre les mains d’un Autre et de la recevoir comme neuve…

Perdre : entrer dans la vulnérabilité, autre nom du dénuement, expérimenter, de manière anticipée, le passage par la mort, être libéré de la peur, de toute peur… Perdre : mais joyeusement, goûter et contempler la face lumineuse des choses, des autres, de sa propre existence…

Et dans cette perte assumée, sans morosité ni nostalgie, laisser la joie de Dieu à se donner sans limite, s’imprimer en nous :

 « Si désormais
Nul ne peut me voir, ni me trouver,
Dites que je me suis perdue ;
Que, marchant prise d’amour,
Je me suis faite perdante et fus gagnée. »
(Jean de la Croix, Cantique spirituel B, 29)

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.