Jean 20, 11-18

Marie-Madeleine pleure une double perte : la mort de son Seigneur et la disparition de son corps. « Je ne sais pas où on l’a mis » (v13). « Dis-moi où tu l’as mis » (v15). Elle est comme l’épouse du Cantique des Cantiques, qui cherche son bien-Aimé et se heurte à son absence, à son silence (Ct 3, 1 ;2 et 5,6).
Comme l’épouse du Cantique, sa quête personnelle se meut en quête communautaire. « Où est parti ton bien-Aimé, ô la plus belle des femmes ? Où s’est tourné ton Bien-Aimé que nous le cherchions avec toi ? (Ct 6,1).
« Je monte vers mon Père et votre Père » (v17). Où est-il ? Peut-être, là où s’épanouit  la fraternité, où se réalise la communion et l’unité entre les humains. Bientôt, en la fête de la Ascension, nous recevrons cette bénédiction :
« Que le Seigneur tout-puissant vous bénisse : il élève aujourd’hui son Fils dans la gloire et vous ouvre ainsi le chemin du ciel…
Vous savez qu’il est assis à la droite du Père ; mais cherchez-le, trouvez-le aussi près de vous, jusqu’à la fin, comme il l’a promis ».

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.