Jean 8, 51-59

La résurrection

« Jamais il ne verra la mort » (v. 51b). Une telle promesse paraît impossible : comment l’entendre? D’ailleurs, Jésus connaîtra lui aussi la mort. Alors de quelle mort  parle-t-il?
Quand Jésus parle de vie, ses interlocuteurs ne voient que la vie terrestre.  Ainsi, appliquant ses propos à la seule mort physique, ils les réduisent à une simple promesse d’immortalité! « Es-tu donc plus grand qu’Abraham, notre Père, qui est mort? » (v. 53). « Tu n’as pas cinquante ans et tu as vu Abraham! » (v. 57)… paroles difficiles à entendre et  impossibles à croire !
Voici la clé, me semble-t-il: « Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort » (v. 51).  Sa parole est une parole de vie qui préserve de la mort éternelle celui qui l’accueille et la fait sienne. Cette vérité est également révélée lors de la résurrection de Lazare : « quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais » (Jn 11, 26). Elle est vie car la Parole nous bouscule, nous change de l’intérieur, nous fait grandir.
Jésus se révèle comme l’Isaac véritable, la véritable postérité promise par Dieu à Abraham, leur père. Il est le « Je Suis » du buisson ardent révélé à Moïse. Il est la Résurrection, la vérité et la Vie.
Cette révélation nous engage. Elle prend chair en nous si nous gardons la parole, si nous croyons qu’elle est vie, si nous la vivons. Alors, une autre vie peut naître en nous, une vie qui donne la force d’aimer, de continuer à s’ouvrir, d’espérer, en somme, une vie, qui ne cesse de poser les possibilités d’une nouveauté au quotidien.  Alors, nous serons des Hommes Vivants qui glorifient et contemplent Dieu dans leur vie car « la Gloire de Dieu, c’est l’Homme Vivant ; la vie de l’homme, c’est de contempler Dieu » (St Irénée de Lyon).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.