Luc 1, 39-45

L’ESPRIT DE NOËL
Marie se lève. Marie, la rebelle ! C’est son nom.
Marie est déjà mue par une force de Résurrection.
Après l’Annonce de l’ange, dès que Gabriel la quitte, elle s’empresse hors de chez elle, l’âme embrasée d’amour, et sa demeure intérieure en paix puisqu’elle est habitée par son Sauveur : Dieu parmi nous. 
C’est une montagne qu’elle gravit… pour la gloire et l’honneur de Dieu. Elle ne s’arrête pas en chemin, elle file tout droit chez sa parente Élisabeth qui elle aussi –toute remplie de l’Esprit Saint– est une « grâciée » du Seigneur.
Crèche sur calebasse KAYSSAL, © CSJ.
Rien de mièvre en cette rencontre. Marie salue Élisabeth : « la Paix soit avec toi » comme il est de coutume de se saluer en Orient. Et, c’est l’explosion ! La vie plus forte que la mort : l’enfant s’agite et Élisabeth crie d’une voix forte à qui veut l’entendre ou peut-être pour se réveiller elle-même, se prouver que non elle ne dort pas, que Dieu est là dans toute sa Puissance Trinitaire, Esprit en elle et Fils en Marie. Car rien n’est trop beau, trop grand pour Dieu… Le Seigneur continue divinement sa Création, d’un univers en expansion jusque dans leur corps à chacune, leur cœur, leur âme.
Ce que nous appelons communément « l’esprit de Noël » c’est cela. Rien de chimérique ou de magique. Mais la force de l’Incarnation qui nous pousse sur la montagne c’est-à-dire au lieu même de la Toute Présence de Dieu, vers le partage et la reconnaissance que chacun est porteur de vie et de grâce et que celle-ci ne se révèle que par la venue et la parole d’une parenté, c’est-à-dire d’un frère, d’une sœur…
Bon chemin vers Noël !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.