Luc 1, 5-25

Depuis Abraham, et par fidélité à son Alliance, Dieu n’a de cesse de visiter son peuple.
« Aux jours d’Hérode, roi de Judée », au cœur d’une longue attente – celle d‘un couple avancé en âge et frappé par la stérilité – Zacharie fait l’expérience d’une venue, d’une réponse du Tout Autre.

En ce temps d’Avent où nous attendons « Celui qui est déjà venu, en prenant la condition des hommes, pour accomplir l’éternel dessein d’amour du Père et nous ouvrir le chemin du salut » (2è préface de l’Avent), que nous révèle l’expérience de Zacharie sur l’attente essentiellement « croyante » ?
Que l’attente se fasse Espérance !
« Ils n’avaient pas d’enfant, parce qu’Elisabeth était stérile et que tous deux étaient avancés en âge » (v 7). Rien dans la suite du récit ne laisse paraître une quelconque supplication de l’un ou l’autre des deux époux. Sont-ils encore dans l’attente ou le « possible à vues humaines » a-t-il eu raison d’eux ? Ce n’est que dans « l’après » qu’Elisabeth reconnaîtra la main du Seigneur qui se révèle par-là Dieu de la vie et maître de l’impossible (v. 25). Celui qui croit est celui qui espère contre toute espérance.
Que l’attente sache faire mémoire !
« A quoi connaîtrai-je cela ? » (Luc 1, 18) demande Zacharie à l’ange venu lui annoncer la future naissance d’un fils. La Tradition y a toujours vu un manque de foi. Pourtant, la question de Zacharie est-elle si différente de celle de Marie qui s’interrogera elle aussi, à l’annonce de l’ange : « Comment cela sera-t-il puisque je ne connais pas d’homme » ? (Lc 1, 34). L’interrogation de Zacharie est identique à celle d’Abraham (« A quoi le saurai-je ? » Gn 15, 8) lorsque qu’il reçut de Dieu-même la promesse d’une postérité assortie d’une terre en héritage. Et précisément, l’histoire d’Abraham dit par excellence la fidélité divine à la promesse. Un passé dont la mémoire éclaire l’avenir, nourrit l’espérance. Celui qui croit est celui qui se souvient.
Que l’attente soit une veille !
« Et l’ange lui répondit : « Moi je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu, et j’ai été envoyé pour te parler et t’annoncer cette bonne nouvelle » » (v 19). La réponse de l’ange semble ne rejoindre en rien la demande de Zacharie ! Comme s’il lui disait « Je te dis d’où je viens et de qui procède ma parole ; elle est là pour toi, source de vie et d’une bonne nouvelle, si tu le veux… ». Magnifique réponse de l’ange qui nous invite à nous situer au niveau de notre cœur profond (cœur du croyant, Mt 18, 35) afin de lire les signes, de discerner (« connaitre ») à travers les médiations humaines, ce qui nous vient de la part de Dieu, porteur d’une bonne nouvelle et ouvrant un avenir. Celui qui croit se fait veilleur.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.