Luc 13, 1-9

VIVRE !

Les crimes, vengeances perpétrées ou les morts accidentelles ne sont pas des « rétributions » d’actes mauvais ou de notre état de pécheurs, Jésus l’affirme par deux exemples. En revanche, il nous met en garde, si l’homme ne se tourne pas vers Dieu, il choisit lui-même son chemin de condamnation et de mort : « si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même » (v.3 ; 5). Il s’agit bien là d’ouvrir son cœur à la grâce.

Figuier breton, © CSJ,
Choisir Dieu, c’est choisir la vie en plénitude. Le « Dieu des vivants » (Cf. Mc 12,27) celui qui nous couvre de ses ailes et nous grave dans la paume de ses mains, nous veut vivants, à son image ; en son Fils, il donne sa vie pour nous ; et en son Esprit Saint, il dispense son énergie de vie en nous, sa sève intime. La refuser, c’est dépérir, se rabougrir spirituellement et c’est mourir.
Et Jésus de continuer son enseignement par la parabole du figuier sans fruit, le maître veut le couper, l’exploitant demande un sursis d’un an, le temps de bêcher autour et d’y mettre du fumier.
Cet ouvrier consciencieux, c’est le regard et la promesse de vie que Dieu pose sur chacune de ses créatures, entendons-nous aujourd’hui son impératif de vie ?
« Je suis passé près de toi, et je t’ai vue te débattre dans ton sang. Quand tu étais dans cet état, je t’ai dit: “Je veux que tu vives!” Je t’ai fait croître comme l’herbe des champs. Tu as poussé, tu as grandi […] » (Ez 16,6-7).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.