Luc 13, 18-21

© CSJ sr Valérie

« La venue du Royaume de Dieu ne se laisse pas observer » (Lc 17, 20). Pour en parler, Jésus emploie des comparaisons : « c’est comme » ; « semblable à ».
La graine, le levain portent en eux-mêmes le dynamisme de leur croissance. Tous deux sont enfouis pour croître. Tous deux disparaissent pour donner autre chose : un arbre, un pain levé ; un abri, une nourriture.
Pour Thérèse d’Avila : « L’un des grands biens que renferme le royaume du ciel, c’est… qu’on s’y réjouit de la joie de tous… tous l’aiment (Dieu) et l’âme n’a d’autre occupation que de l’aimer. » (Chemin de perfection 30,5). Cette communion à Dieu avec tous est à la fois nourriture et abri.
Mais il faut que l’homme jette la graine en terre, que la femme pétrisse le levain dans la pâte. Le Royaume des Cieux est à la fois don de Dieu et fruit du travail des humains.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.