Luc 21, 5-11

La Présence voilée…
Ce texte de Luc, que nous propose la Liturgie aujourd’hui, rejoint notre monde qui souffre violence ; un monde qui cherche un regard, une Présence dans l’absence, une Parole au cœur du silence, une lumière au sein des ténèbres. Le temple orné de belles pierres et d’offrandes votives ne l’intéresse plus. Ni les discours, ni les pouvoirs, ni les principautés ne sont capables d’étancher sa soif, de combler son manque et d’apaiser son cri.
D’où viendra le Salut ?
Nombreux sont les manipulateurs ; ceux qui parlent et agissent en leurs propres noms ; ceux qui baignent dans le mensonge et poussent les autres à la ruine. Nombreuses sont les tentations qui brillent devant nos yeux et nous amènent dans des voies de perdition.
Arrive un moment où ce que nous avons édifié et considéré comme garantie, s’effondre. C’est une expérience que chacun de nous la vit dans l’ici et le maintenant ; c’est une perte qui donne lieu à un espace ouvert, divin ; à l’Esprit qui fait de Jésus-Christ le Maître de ce monde.
Seule la Parole, le Nom de Jésus annoncé et vécu, reste la puissance libératrice et créatrice qui fait de nous des témoins vivants menant la course jusqu’au bout.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.