Luc 21,34-36

Depuis quelques jours, ne reconnaissons-nous pas notre siècle et notre monde dans l’Evangile ? Des hommes sèment un peu partout la terreur, des pays se divisent et s’enferment dans des replis identitaires, des guerres éclatent entre peuples frères, entre religions, le ciel, la mer et la terre s’acharnent contre certaines régions de notre planète.

Il y a de ces jours où l’on n’y voit plus clair, où l’on a l’impression de s’enliser et d’être pris dans les mailles de multiples filets contre lesquels nous ne pouvons rien.

N’ayons pas peur de ceux qui détruisent le corps mais ne peuvent faire mourir l’esprit. Craignons plutôt ce qui appesantit notre cœur, ce qui nous éloigne de l’Evangile, du Christ et des autres.

L’invitation de Jésus est à recevoir aujourd’hui et chaque jour : « Tenez-vous sur vos gardes de peur que vos cœurs ne s’appesantissent ». Restons vigilants, avec l’Evangile du Christ pour unique boussole de notre vie ! Ne nous laissons pas envahir par les sentiments d’impuissance de notre temps, relevons la tête et vivons dès aujourd’hui en ressuscités, par des conduites qui ont valeur d’éternité : des choix et des gestes fraternels, solidaires, éthiques, écologiques, …

Avec l’Evangile solidement attaché à nos reins, notre cœur restera vigilant, et nous serons des vivants, debout, même au milieu des tempêtes de ce monde.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.