Luc 24, 1- 12

Un chant d’oiseau 

Lc 24, 1-12L’absence du mort provoque perplexité et surprise. La mort est une réalité qui nous échappe. Nous avons besoin du corps pour en saisir la présence. Sans corps, la réalité de la mort fait doute.

Le surgissement de deux hommes en vêtements éblouissants provoque l’effroi. Qu’est-ce que cela ? Qu’annoncent-ils ? « Il est ressuscité ».

La résurrection ? Autre réalité irreprésentable. La résurrection c’est comme le chant de l’oiseau qui perce la nuit du petit matin. Il annonce le jour que l’on ne voit pas encore. Au cœur de la nuit, on ne sait pas ce qu’est le jour, au cœur de la nuit, on ne peut que croire au jour qui vient, dont l’oiseau et son chant sont signes.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.