Luc 9, 46-50

« Comme un petit enfant dans les bras de sa mère, j’ai gardé près de toi le silence et la paix »
luc9_46-50« Je suis ravie du petit Enfant et celui qui le porte entre ses bras est encore plus ravi que moi…Ah ! que la vocation du petit Enfant est belle ! Ce n’est pas une mission qu’il doit évangéliser, mais toutes les missions. Comment cela ? …C’est en aimant, en dormant, en JETANT DES FLEURS à
Jésus lorsqu’il sommeille. Alors Jésus prendra ces fleurs et leur communiquant une valeur inestimable, il les jettera à son tour ; il les fera voler sur tous les rivages et sauvera les âmes, avec les fleurs, avec l’amour du petit enfant qui ne verra rien mais qui sourira toujours même à travers ses larmes !… (Un enfant missionnaire et guerrier, quelle merveille !)…..

Il ne sera jamais révélé aux créatures sur la terre mais lorsque l’Agneau ouvrira le livre de vie, quel étonnement pour la Cour Céleste d’entendre proclamer avec ceux des missionnaires et des martyrs le nom des pauvres petits enfants qui n’auront jamais fait d’actions éclatantes… » (Ste Thérèse de l’Enfant Jésus, Lettre 194-194, 8-17 sept. à Sœur Marie de Saint Joseph, Fragments).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.