Luc 9,51-56

feu-aJésus envoie des messagers au-devant de Lui alors qu’il monte à Jérusalem. Et pourtant, à Jérusalem, en Croix, il sera seul avec sa mère et le disciple qu’il aimait. Personne n’est plus en avant de Lui ? Plus personne ne l’accompagne ?

Jésus brule d’annoncer la Parole de son Père : « je suis venu allumer un feu sur la terre, comme je voudrais qu’il soit déjà allumé » Luc 12, 49. Mais ce zèle respecte profondément la liberté de notre humanité. Et il invite les hommes à un retournement. Le feu qu’il désire allumer n’est pas destructeur, ravageur mais il vient purifier les profondeurs de notre être. Les disciples sont tentés de détruire ceux qui n’accueillent pas Jésus : « veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel ? ». Quelle tentation en nous de détruire l’autre qui ne nous accueille pas ! quelle tentation de décharger notre mal-être sur l’autre !

Jésus se retourne et invite à ne pas entrer dans cette tentation de tuer, bruler, ni l’autre ni nous-même. Il prépare ses disciples, Il nous prépare à recevoir le feu de l’Esprit Saint qui fera en nous toute chose nouvelle, dans un accueil sans limites des autres.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.