Luc 9,57-62

Sans feu ni lieu, en urgence et solitude 

luc 9_57-62
© Giacometti, L’homme qui marche

Trois rencontres pour dresser le portrait des envoyés de l’Evangile.
« Pas d’endroit où reposer sa tête » : notre condition spirituelle se nomme « exil ». Non pas déracinés, mais nos racines, nous les avons placées sur nos lèvres : la Parole seule nous conduit, elle devient notre territoire infini.
« Laisse les morts enterrer leurs morts ; toi, suis-moi » : nous ne manquons pas de temps à donner mais nous vivons tendus vers l’avenir. Pour accueillir l’espérance et agir dans ce monde qui vient.
« Je vais te suivre, mais d’abord, faire mes adieux aux gens de ma maison. Quiconque met la main à la charrue et regarde en arrière est impropre au Royaume de Dieu » : non pas privés de famille ou d’amis mais notre condition de migrants nous pousse de rupture en rupture. Nous sommes mis à distance au cœur même des liens qui nous constituent.
Non ! Les paroles de Jésus ne sont pas marquées de dureté. Elles disent seulement, dans un double mouvement paradoxal, « deux choses essentielles dont nous avons tous besoin : un chez soi et le courage de le quitter » (J. Claude Guillebaud).

Notre demeure, c’est la Parole vive qu’est le Christ et nous marchons sur les traces de « ce passant considérable ».

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.