Marc 11, 27- 33

Tel est pris qui croyait prendre

© Sr Valérie Depériers
© Sr Valérie Depériers

En chassant les vendeurs du Temple (Mc 11,15-19), Jésus s’aliène les grands prêtres et les scribes. L’évangéliste enchaîne cinq oppositions : sur l’autorité de Jésus (Mc 11,27-33), à partir de la parabole des vignerons homicides (Mc 12 ,1-12), sur l’impôt (Mc 12,13-17), sur la question de la résurrection (Mc 12,18-27) et sur le premier des commandements (Mc 12, 28-34). Cette avalanche de controverses souligne la tension dramatique du récit. Jésus est acculé de tout côté (social, politique et religieux).

Notre passage semble illustrer le dicton : « Tel est pris qui croyait prendre », comme une anticipation de la victoire du Christ. Pris à leur propre piège, les grands prêtres et les scribes se refusent à prendre position. Pourtant, se tenir sur la ligne de touche et refuser le risque d’entrer dans la mêlée, ferme toute révélation possible.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.