Matthieu 1, 1-17

   « Jésus né de… »

© christ-ihs

En nous présentant le livre de  « la genèse de Jésus , l’évangéliste Matthieu nous dit les origines humaines de l’Homme nouveau.

Dans cette longue suite nous découvrons que Jésus est l’aboutissement d’une histoire qui commence avec Abraham. Avec Dieu qui appelle « Abram » à quitter, à se quitter pour aller vers lui-même ; « Va vers toi-même », selon la traduction de Chouraqui, et à devenir « Abraham », Père d’une multitude.

Dans cette généalogie plus symbolique qu’historique, quatre femmes apparaissent. D’abord  Thamar, qui assure la descendance en se prostituant avec son beau-père, puis Rahab la prostituée qui contribue activement à l’entrée du peuple élu dans la Terre nouvelle, en se faisant complice de deux traîtres ; Ruth, une païenne qui, à nouveau sauve la descendance de David d’une stérilité mortelle et en tout dernier lieu Marie, épouse de Joseph, humble servante de qui est né Jésus.

Que pouvons-nous entendre dans cette longue succession traversant l’Histoire d’exode en exils, sinon que la venue si attendue et si désirée de l’homme nouveau ne vient pas dans l’humain comme un étranger qui violerait son domicile. Nous nous y reconnaissons pleinement, assoiffés de vie et de sainteté, accablés de limites et de tentations. C’est vraiment nous et pourtant, malgré cela ou mieux, « à cause de cela » c’est, en ce temps d’Avent, une divine nouveauté qui se fraie un chemin dans le vieil homme, dans les dédales de son histoire. « Viens Espérance des nations, viens sauver ce qui était perdu. »

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.