Matthieu 1/ 18-24

Le fiat de Joseph

« Une fois réveillé, Joseph fit comme l’Ange lui avait prescrit… » (V. 24a)
« Je suis la servante du Seigneur, qu’il m’advienne selon ta parole! » (Lc 1/ 38)

Joseph, le juste, Fils de David, est le « Marie » de Mathieu; A lui, la Parole de Dieu fut annoncée, brisant la crainte et la rigidité de la loi. En lui, elle s’est incarnée faisant de lui le porteur du Verbe et dans le silence de son cœur, elle s’est révélée Parole: Jésus. « Elle enfantera un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (v. 21).

Devant ce grand mystère, Joseph se retrouve frappé de stupeur et d’étonnement! Qui est-elle, celle qu’il a choisie comme épouse?
« Je contemple la canicule et la neige, un jardin et une fournaise,
Une montagne fumante, une fleur divine en sa verdure.
Celle que j’ai prise, je ne l’ai pas comprise.
Comment lui dirai-je: salut, épouse inépousée?
Ton sein est devenu tout à coup une fournaise remplie de feu;
Qu’elle ne me fonde pas, je t’en prie, épargne-moi.
Tu veux que moi aussi, comme jadis Moïse, j’enlève mes chaussures,
Que je t’approche, t’écoute et te dise: salut, épouse inépousée? »
(Liturgie Byzantine, Hymne de la Vigile du 2ème dimanche avant Noël, l’Annonciation à Joseph)

Que nous soyons, à l’exemple de Joseph et de Marie, des pauvres en esprit, capables de Dieu; des pauvres qui avancent parfois sans comprendre, « n’ayant ni guide, ni lumière, sauf celle qui brille dans leur cœur »; des pauvres qui croient en l’Autre présent dans tout autre; des pauvres qui savent s’émerveiller et se taire, ôtant leurs sandales devant la grandeur du Mystère.

Un commentaire

  1. « Etre capable de Dieu », accepter d’être des pauvres qui avancent parfois sans comprendre, c’est extraordinaire !
    Je me souviens d’une discussion avec une amie qui n’arrêtait pas de me poser des questions sur le fondement de la foi de l’Eglise. J’étais malheureux de ne pas savoir lui répondre. A la fin de la discussion, elle était émerveillée ! Je lui demande qu’est-ce qui lui fait dire cela, alors que je n’ai pas pu répondre à toutes ses questions, elle me répond : « tu crois, quand même sans tout comprendre, c’est formidable ! »
    Merci sr Josette pour ce partage qui me remet dans cette dynamique de l’accueil du mystère de l’incarnation de Dieu dans nos vies.
    Avec vous j’ôte mes sandales devant la grandeur du Mystère !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.