Matthieu 13, 47-53

Peser et trier


« « Tout est pareil, / Tout est égal » / C’était son discours au réveil / En général / J’ai mis du temps / Et avant-hier / J’ai trouvé l’argument / Qui l’a calmée, sévère / Un tacle de Patrick Vieira / N’est pas une truite en chocolat / Une tente Quechua sur le canal / Un quatre étoiles / Un dirigeant d’ la LCR / N’est pas un mono d’ sports d’hiver / Cette photo de toi à Berlin / Bah ! C’est pas rien … » Vincent Delerm chante avec son don d’observation du quotidien, le piège du relativisme (dans son album 15 chansons, 2008). Il a bien raison, tout ne se vaut pas, surtout quand l’amour s’en mêle. Entre un exploit sportif et un bonbon, la dignité du SDF et le luxe du milliardaire, un dirigeant du parti communiste révolutionnaire et un moniteur de ski … on ne peut pas comparer …

peser-trier

Le piège de notre monde contemporain serait de nous faire croire que tout se vaut, que nos actions ne servent à rien, que tout est joué d’avance. Or, Jésus balaie, en sept versets et deux paraboles, cette croyance. Il donne du poids à nos choix et à notre responsabilité de chrétiens, en vue du Royaume.
Il y a à trier et à séparer, comme dans l’acte primordial de la Création, Dieu sépare pour faire advenir à l’existence (Gn 1).
Il y a à garder ou à jeter : le bon au profit du sans valeur, le neuf au profit de l’ancien, comme cela se fera à la fin du temps, et comme Jésus invite ses disciples dans l’aujourd’hui de tous ceux qui désirent le suivre. « Avez-vous compris tout cela ? » Ils lui répondent : « Oui » (v.51).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.