Matthieu 19, 3-12

Pourquoi ne pas faire crédit à la question des pharisiens ? Cela nous est difficile et le texte ne semble pas nous y pousser ! Les pharisiens veulent mettre Jésus à l’épreuve. Et si ce n’était pas pour le faire tomber mais pour s’assurer de la solidité de sa parole ? Sans doute manquent-ils (un peu) de confiance, mais la question me semble légitime ! Et la réponse donnée par Jésus nous éclaire toutes et tous sur la profondeur de l’engagement d’un homme et d’une femme. Ce n’est pas une petite excursion de quelques jours dans l’aventure de la vie. Ce n’est rien de moins que rejoindre la vocation profonde et essentielle à l’unité désirée et proposée par Dieu dès le commencement. Jésus ne dit pas qu’il faut réussir du premier coup. Il expose le rêve de Dieu et son désir que l’homme y participe pleinement : vivre de son Unité essentielle et y collaborer ! C’est sérieux et divin. Mission impossible à vue strictement humaine. Les embûches ne manquent pas parce que nos cœurs sont lents à comprendre et endurcis. Reconnaissons-le simplement et entendons encore et toujours que Dieu a un grand rêve pour et avec nous. Déplaçons-nous doucement sous son regard et laissons agir son attraction. Si nos pieds trébuchent, laissons-le nous redresser. Personne n’a jamais dit que Dieu ne prend pas le relais de nos engagements. Mieux : Il nous y précède. Cependant, être disciple ne donne pas de soi de comprendre. Seule une révélation de Dieu peut nous permettre de saisir quelque chose de cette Histoire-là !
Se marier est vocation divine. Ne pas se marier l’est tout autant mais autrement. Que l’Esprit en sa liberté souveraine souffle en nos cœurs pour que nous saisissions « Un je ne sais quoi » de cette divine aventure.
Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.